La rupture amoureuse

Une porte de vie se ferme. On se retrouve face à soi-même, un peu désorienté. L’avenir est à reconsidérer. C’est un véritable deuil affectif, où la perte n’est pas mesurable. On vit chacun un deuil différemment. Le sentiment de régresser, de tourner en rond peut advenir parce que « oui » il s’agit littéralement d’une « rupture » dans la vie d’un individu. Quoique douloureuse, cette histoire au passé, peut nous enseigner pour la suite, si nous le voulons.  Avancer, tout en s’accordant une pause, prendre le temps et ne pas culpabiliser de ne pas avancer aussi vite que l’on voudrait, que notre entourage le voudrait.

Vous avez sûrement dû déjà lire cette citation de Saint Exupéry sur une carte postale : « Aimer, ce n’est pas se regarder l’un l’autre, c’est regarder ensemble dans la même direction.» Je la trouve très parlante, elle encourage à voir l’amour dans une dynamique relationnelle d’échange et de croissance et non comme une fusion des êtres qui s’accrochent l’un à l’autre désespérément. Reconnecter avec qui l’on est, ce que l’on veut et ce que l’on a offrir, semble encore plus nécessaire dans une relation privilégiée telle que le couple. En effet, la relation s’enrichit de ce que les personnes ont à y apporter. “Ceux qui n’ont rien ne peuvent rien partager; ceux qui vont nulle part ne peuvent pas avoir de compagnons de route”. Cette phrase de C.S Lewis illustre le fait que la relation de couple est avant tout pour apporter à l’autre, avant d’être pour moi. Si je me mets en couple avec quelqu’un c’est pour l’aimer, donc viser à son bien-être, parfois avant le mien. D’où l’intensité des ressentis lorsque cette relation se termine. Que j’y ai investi peu ou beaucoup, cette relation comptait dans mon identité. La bonne nouvelle est qu’on survit au changement ! Mieux, il fait grandir,à  condition de vouloir être enseigné.

D’autre part, il n’y a pas à avoir honte de s’appuyer sur d’autres durant cet état de « rupture ». Puis, de prendre conscience de ses ressources personnelles, que ce soit les personnes de soutien qui nous entourent, ou ses propres aspirations et compétences. Nos relations de confiance sont une base solide pour que ce passage de vie se grave à long terme, comme un apprentissage constructif et non un souvenir amer. Car après tout, comme le dit C.S Lewis :

« Le seul fait d’aimer rend vulnérable. Aimez quoi que ce soit, et votre cœur en sera déchiré, et peut-être brisé. Si vous voulez être sûr de le garder intact, ne donnez votre cœur à personne, pas même à un animal. Enveloppez-le soigneusement dans des bagatelles et des fanfreluches ; évitez tout engagement ; mettez-le bien en sûreté dans un coffret ou dans ce cercueil que fabrique votre égoïsme. Mais dans ce coffret sûr, sombre, immobile, étanche, il se transformera. Il ne se brisera pas ; il va devenir inflexible, impénétrable, intouchable. »C.S. Lewis

F. P.

Partage cet article

A découvrir